LA RÉSIDENCE DE CRÉATION 2013

Cette résidence a lieu dix sept ans après la sortie de l’album « Lettres d’Outremer » (Casterman) par Eric Warnauts dit Warn’s ou Warnauts et Guy Servais dit Raives réalisé suite à un long séjour en Guadeloupe.

Pour cette première résidence, les deux auteurs invités étaient : Elyon’s et Warn’s

La résidence d’auteurs était organisée en partenariat avec le Conseil Général et Caribulles.

Durant trois semaines, du 10 avril au 27 avril 2013, les auteurs ont occupé l’Habitation La Ramée à Sainte-Rose.

Et c’est durant cette courte période que nos deux auteurs ont découvert et redécouvert la Guadeloupe, échangé avec les guadeloupéens, les jeunes en ateliers, les dessinateurs locaux pour esquisser le manga « L’heure orange ».

Ce manga, de 60 pages, en noir et blanc a la particularité d’être à « quatre mains ». On peut dire que c’est la spécialité de Warnauts qui aime à la fois écrire et dessiner et qui à l’habitude de procéder de cette façon avec son acolyte Raives. Ce manga est le résultat d’un échange intense entre Warnauts, l’auteur Belge, Elyon’s l’auteure Camerounaise et la Guadeloupe.

Lors de la résidence, l’habitation La Ramée a aussi accueilli l’exposition Dreamland. Une exposition présentant les planches originales du manga éponyme réalisé par Reno (invité au Festival Caribulles). Durant une semaine l’exposition était en accès libre. Cinq matinées ont été consacrées à des rencontres entre auteurs et lycéens.

Le vendredi 26 avril 2O13, l’habitation la Ramée et Caribulles ont organisé une table ronde sur le phénomène manga avec Jean-Philippe Martin (directeur des actions culturelles à la Cité de la bande dessinée d’Angoulême) et Reno Lemaire (mangaka).

Ensuite les auteurs ont restitué au public présent leur travail de résidence : « L’heure Orange ».

Les auteurs en résidence

sbjElyon’s

Née en 1982 à Bafoussam, Cameroun. Dotée d’une licence en lettres modernes et d’un graduat en arts graphiques, Elyon’s (Joëlle Ebongue de son vrai nom), est une auteure de BD Camerounaise. Actuellement conceptrice-rédactrice dans une agence de pub, Elyon’s anime des ateliers de BDs dans des écoles, fondations, et travaille à la promotion de la BD dans son pays le Cameroun.

bd2013kaw fè

Elle a été publiée dans des collectifs camerounais (Trait Noir, Ndolè, K-mer comix), libanais (Samandal series), algériens (La BD conte l’ Afrique), brésilien (la bouche du monde) et belge (Spirou). « La vie d’ Ebène Duta » est sa première BD virtuelle, publiée via facebook et qui ne cesse de conquérir un public toujours plus croissant et éclectique. Facebook (ou via google): la vie d’ Ebène Duta Blog : elyon-s.over-blog.om

warnautsWarnauts 

Auteur de bandes dessinées, Eric Warnauts est associés avec Guy Raives depuis vingt-cinq ans. Ensemble, ils ont réalisé une trentaine d’albums suivant une méthode de travail peu commune dans l’univers de la bande dessinée ; Warnauts se réservant les mots, Raives les couleurs, le reste étant réalisé « à quatre mains ».

Depuis leurs débuts, ils n’ont eu de cesse de faire voyager le lecteur autour du monde ; du Congo belge à l’Amérique d’Obama, de l’Allemagne nazie à la Venise libertine du 18 siècle, de Kinshasa à la Guadeloupe… 
Ils aiment inscrire leurs récits dans des lieux, acteurs à part entière, et des époques dont ils cherchent à restituer l’atmosphère. Se nourrissant de lectures communes, de rencontres et de voyages, ils abordent à chaque fois des sujets liés à la nature humaine, à l’amour, à l’autre, à la différence; créant une œuvre tout à la fois sensible et engagée. Par ailleurs, Warnauts enseigne la bande dessinée à l’ESA Saint Luc de Liège.

lettreoutremerliberty

Sa bibliographie

A cœurs perdus, C’est fou le foot sans les règles, Congo 40, La contorsionniste, L’envers des rêves, Equatoriales, Fleurs d’ébène, Fripons, L’innocente, Intermezzo, Lettres d’outremer, Liberty, Lou Cale, Moonligt serenades, Ombres et désirs, L’orfèvre, Paris perdu, Passion vinyle, Les enquêtes de Pat archer, Les suites Vénitiennes, Take the moon, Les temps nouveaux, Un diamant sous la lune, Carrément Bruxelles.

Le travail des auteurs en résidence 

Le manga : « L’heure orange »

Le scénario comme le dessin est à quatre mains. Les auteurs se sont concertés tout au long de la résidence pour construire l’histoire et la dessinée. On découvre dans les 24 premières pages réalisées que le dessin de Warnauts et celui de Elyon’s sont diamétralement opposé. Leur style sont en effet très différents l’un de l’autre : Warnauts se définit par un dessin réaliste, une ligne claire façon bande dessinée franco belge. Quant à Elyon’s, son inspiration est clairement le kawaï que l’on retrouve dans la culture manga.

Le pitch 

Une jeune auteure de BD camerounaise se retrouve en résidence créative en Guadeloupe avec un vieux baroudeur belge du milieu. A peine découverte par elle, longtemps consommée par l’autre, la jeune femme décide de raconter à travers un personnage fictif la Guadeloupe qu’elle peine à assimiler. Derrière le décors carte postale: plages de sable blanc, cocotiers, idylles au soleil, l’ Histoire avec un grand H, la réalité, les faux-semblant, l’ hypocrisie… Comment jongler avec les deux? La jeune femme mettra tout en oeuvre pour traverser au fil des pages la frontière entre le réel et l’imaginaire. Antilles, Afrique men’m bitin?

 

Le synopsis

Elyon’s jeune auteure de mangafrica et Warn’s, vieux routier de la BD se retrouvent en résidence d’auteurs sous le soleil antillais. Warn’s passe son temps à boire des bières et du rhum tandis qu’Elyon’s bosse; la meilleure façon pour elle de se faire les dents comme une grande. Elle écrit et dessine sous la direction de Warn’s qu’elle a du mal à cerner. Il lui fait découvrir l’île selon son vécu, ses coups de coeur, ses déceptions… Il lui montre non seulement l’île touristique mais aussi l’île qui saigne et qui se soigne; une île où les jeunes n’ont guère d’avenir mais où les adultes le voient clairement, sombre. Un lieu où le mot « résilience » prend tout son sens, apaisé chaque jour à la même heure par la chute du soleil dans l’océan; « l’heure orange » où le temps se fige, immémorial. Plus rien n’a d’importance à part l’instant présent, le moment d’une caresse amoureuse, d’un non dit tragique et bouleversant… Elyon’s va jouer avec son personnage phare Ebène Duta et sa cousine Claire Mùla en les entraînant dans un tourbillon de fantasmes consommés et mal assumés; le récit passant sans cesse du « réel », Elyon’s et Warn’s, à l’imaginaire, Ebène et Claire.

travailresidence

peyigwada societe